loader image
logo de Plastic Odyssey blanc
Newsletter

Recevez la newsletter de Plastic Odyssey pour rester au courant des dernières actualités du projet.

Pollution plastique : ces idées reçues qui nous mènent en bateau

Par Simon BERNARD, Président de Plastic Odyssey.

4 Fake News sur la pollution plastique

Retrouvez le dossier complet

Pas une semaine ne se passe sans entendre parler de la pollution plastique de l’Océan. Cette médiatisation a permis une large sensibilisation mais a également entraîné une succession de fausses informations. La journée mondiale de l’Océan est l’occasion de faire le tri entre info et intox sur ce sujet complexe dont les raccourcis donnent naissance à de nombreuses fausses bonnes idées.

Non, le plastique qui pollue l’Océan ne peut pas être collecté par des bateaux

Pour cause, sur les 200 millions de tonnes de déchets plastiques qui se trouvent dans la mer, seul 0,6% (1 million de tonnes) se trouve à la surface. Il y a beaucoup de plastique dans l’Océan mais il n’est pas à la surface, alors où est-il passé ? L’hypothèse la plus crédible pour expliquer ce mystère : le plastique “manquant” aurait majoritairement coulé au fond de l’eau et se serait en partie dégradé en micro-particules.

Non, le 7ème continent de plastique n’est pas un amas de déchets

Son nom prête à confusion : il le doit à sa grande superficie comparable à celle d’un continent, mais la ressemblance s’arrête là. Il s’agit d’une zone où l’on compte plus de microparticules qu’ailleurs mais qui contient une quantité anecdotique de plastique. Ce qu’il y a dans cette zone est équivalent à ce qui se déverse dans l’Océan tous les 2 jours ! Quelques miettes que nombreux sont déterminés à ramasser. Mieux que rien ? Pas si sûr, car l’Océan n’est pas uniquement composé d’eau. C’est avant tout un formidable réservoir de biodiversité. Plus on cherchera à collecter les petits débris, plus les mailles des filets seront fines et plus on ramassera de vie (plancton, micro-organismes, etc.).

Comptage des microparticules de plastique après un prélèvement au cœur du 7ème continent. “On pourrait croire que la masse bleue est du plastique mais se sont des microorganismes” P. Lecomte - Source : The Vortex Swim

Non, le plastique en mer ne vient pas majoritairement d’une dizaine de fleuves

Chaque année, sur les 14 millions de tonnes de déchets qui arrivent dans l’Océan, seul 1 million (soit 7%) provient des rivières. Les 10 plus grands fleuves représentent ainsi moins de 1% de la pollution globale. À l’origine de cette information reprise par de très nombreux médias : des études scientifiques simplement mal interprétées.

Non, la pêche n’est pas à l’origine de la majorité de la pollution plastique

Comme le sous-entend le récent documentaire de Netflix Seaspiracy. Dans le but d’appuyer son argumentaire dénonçant les dégâts de la pêche industrielle, le documentaire laisse penser que la moitié de la pollution plastique provient de la pêche. En réalité, le secteur serait à l’origine d’environ 8 % des émissions annuelles de plastique dans l’Océan. La pêche industrielle cause bien des torts à l’environnement, mais arrêter la pêche ne suffira pas à stopper la pollution plastique.

Mais alors, d’où vient la pollution plastique de l’Océan ?

Elle provient à près de 90% de sources terrestres, majoritairement des pays à faible et moyen revenu. Pour autant, ce ne sont pas les seuls responsables car la cause du problème est double : outre le manque de gestion des déchets, ils reçoivent le plastique exporté par certains pays riches. Les solutions sont donc principalement sur terre : réduire notre consommation de plastique et améliorer la gestion des déchets pour fermer le robinet à la source.

Ben Lecomte au coeur du “7ème continent” de plastique, entouré de micro-particules

Nos derniers articles