logo de Plastic Odyssey blanc
Newsletter

Recevez la newsletter de Plastic Odyssey pour rester au courant des dernières actualités du projet.

Au Liban, rencontre avec une école qui fait germer ses déchets

Notre équipe s’est rendue à Tripoli au nord du Liban, dans une école pas comme les autres.

Rendez-vous à l’école Rawdat el Fayha à Tripoli

Plastic Odyssey parcourt le monde à la recherche de solutions concrètes pour sortir de notre dépendance au plastique. Pour dénicher ces solutions pour demain, l’équipe fait le pari de mettre à contribution ceux dont l’imagination n’a pas de frontière : les enfants.

À chaque étape de l’expédition, des rencontres sont organisées sur le terrain et à bord du navire entre l’équipage et des enfants du pays.

Voici le fruit de ces rencontres au Liban.

Extrait du journal de bord de l’expédition

“Aujourd’hui, nous quittons le navire pour nous rendre dans le nord du Liban, à Tripoli. Là bas, nous avons rendez-vous avec des jeunes libanais, pour leur parler de notre aventure, les écouter sur la situation plastique au Liban, et imaginer des solutions tous ensemble pour un futur sans plastique.

En arrivant quelques minutes plus tard à l’école Rawdat el Fayha, nous rencontrons Rania. Rania, c’est « Madame Poubelle » comme elle dit. Elle enseigne les sciences, et a mis en place l’éco-club de l’école il y a 8 ans. Elle nous présente les nombreuses initiatives mises en place au sein de l’école. Chaque salle de classe est équipée de poubelles de tri des déchets, et les grands apprennent aux petits comment reconnaître et trier les différentes matières. Ces plastiques usagés, Rania en garde une partie pour les élèves, avec qui elle fabrique de nouveaux objets : pots à crayons, objets décoratifs pour l’école… Tout le reste, Rania le revend aux collecteurs locaux, et finance grâce à cela d’autres projets pour l’école. L’an dernier, Rania a collecté plus de 37 kilos de déchets plastiques à usage unique avec les élèves, qu’elle a ensuite envoyés au recycleur Ziad Abichaker à Beyrouth. Ziad a transformé ces déchets plastiques en une gigantesque structure sur laquelle les élèves peuvent faire pousser des végétaux, et s’initier ainsi à la culture de plantes.

Faire germer nos déchets : voilà une idée qui mérite d’être cultivée”

Une brosse à dents qui pousse dans la terre

Lors de l’atelier d’imagination, les élèves nous ont fait découvrir le siwak : une brosse à dent entièrement naturelle et produite localement, sans aucun plastique. Cette nouvelle alternative a rejoint la bibliothèque de solutions que nous transportons à bord du navire d’escale en escale : les Malles aux Trésors du Plastic Odyssey.

Nos derniers articles