loader image
logo de Plastic Odyssey blanc
Newsletter

Recevez la newsletter de Plastic Odyssey pour rester au courant des dernières actualités du projet.

Journal de bord de la première traversée du Plastic Odyssey (Partie 2)

Revivez la première semaine de navigation du navire Plastic Odyssey après plusieurs années passées à quai. Partie 2.

Récit d’une navigation entre Dunkerque et Saint-Nazaire

par Alexandre Dechelotte, CCO et co-fondateur de Plastic Odyssey

Premier jour de l’année 2022, premier voyage pour le navire Plastic Odyssey. Après de nombreux reports, les conditions du départ sont enfin réunies. C’est une nouvelle qui fait du bien à toute l’équipe : voir le navire voguer après de si long mois en chantier rassure et gonfle le moral des troupes ! Cette navigation a une saveur toute particulière car son objectif est d’atteindre le port de Saint-Nazaire le plus tôt possible pour y commencer… son nouveau chantier ! Le dernier. Car après plus d’un an et demi à être rénové entre les mains expertes du chantier naval Damen à Dunkerque, le navire va maintenant subir sa dernière opération : le changement d’un ballast complet dont l’usure a été découverte lors d’une intervention il y a quelques mois. Une zone qui n’avait jamais été visitée en plus de 40 ans de vie de ce navire : une chance que cette faiblesse ait été diagnostiquée avant le grand départ.

>>>  Lire la partie 1  <<<

Lundi 3 janvier 2022

09h30
Aujourd’hui le navire doit rejoindre Cherbourg et quittera Dieppe dans quelques minutes.
La porte du bassin doit être passée après 10h00 à cause de la marée. 117 miles nautiques nous attendent entre Dieppe et Cherbourg. Nous devons longer la côte sans trop s’en éloigner. Nous passerons au large du Havre avant de remonter vers le Cotentin.

09h59
Les amarres sont dédoublées (prêtes à être larguées) et le navire commence à éviter : il amorce sa giration avec l’aide d’une vedette de lamanage qui pousse le nez du navire.
L’équipage est rodé, les manoeuvres s’enchainent sans encombre et bientôt le navire est en route libre. Mais une heure plus tard, voilà les moteurs qui chauffent à nouveau. Encore ce problème de réfrigération qui nous empêche d’utiliser le navire a ses pleines capacités.
Après un stop pour refroidir les moteurs, la route continue mais à charge réduite. Et face aux 3 noeuds de jusant2, le navire peine à avancer. Cela repousse son ETA3 à Cherbourg.

01h00
La manoeuvre s’est parfaitement déroulée et l’équipage peut débarquer pour se reposer avant la prochaine navigation. Les conditions météorologiques nous permettront d’appareiller mercredi ou jeudi. Le commandant m’en informe et je m’empresse de réserver mes billets de train pour participer à la prochaine navigation !

2 Courant de la marée descendante.
3 Expected Time of Arrival : heure d’arrivée du navire à destination.

Nos derniers articles