loader image
logo de Plastic Odyssey blanc
Newsletter

Recevez la newsletter de Plastic Odyssey pour rester au courant des dernières actualités du projet.

Plastic Odyssey se lance sur le terrain au Cap Vert

Aux côtés de Biosfera et SCE, l’équipe de Plastic Odyssey travaille sur la création du premier centre de recyclage sur l’île de Sao Vicente au Cap Vert, pour revaloriser les déchets plastiques qui jonchent les plages de l’île inhabitée de Santa Lucia, sur laquelle des centaines de tortues marines viennent pondre chaque année.

Cap sur les actions terrain chez Plastic Odyssey !

Ces derniers mois, nous avons conçu et fabriqué 9 machines de recyclage permettant de recycler le plastique à échelle semi-industrielle, que nous avons embarquées sur notre navire laboratoire. Cet été, elles étaient opérationnelles et ont permis à des entrepreneurs du recyclage plastique de prototyper leurs solutions dans le cadre du PO lab. Leurs plans ont été diffusés en open source avec le lancement de notre plateforme technologique.

Aujourd’hui, nous souhaitons mettre à disposition ces machines et notre expertise du recyclage du plastique dans les régions du monde souffrant de la pollution plastique et ne bénéficiant pas de système de gestion et de revalorisation des déchets.

Cette nouvelle phase se dessine avec le développement de notre premier projet terrain, dans les îles du Cap Vert.

Un gisement de déchets dans un contexte insulaire

Le Cap Vert désigne un archipel de 10 îles à l’Ouest du Sénégal . La mission qui nous a été confiée concerne les îles de Santa Luzia (la seule île inhabitée parmi les 10) et celle de Sao Vicente.

L’ONG cap-verdienne de conservation de la biodiversité Biosfera agit depuis 2015 sur l’île de Santa Luzia pour collecter les nombreux déchets qui s’échouent sur ses plages. Si cette île n’est pas habitée par l’homme, elle est un lieu de ponte important des tortues Caretta Caretta et le lieu d’habitation de nombreux oiseaux marins.

Les déchets amoncelés sur ces plages menacent la préservation de ces espèces et ont des conséquences désastreuses sur la biodiversité.

Depuis 2015, Biosfera ramasse les déchets avec une centaine de volontaires avant la saison de nidification des tortues et les stocke en hauteur des plages mais n’a pas les moyens de faire plus. Santa Luzia n’étant pas habitée, il y a une vraie difficulté logistique à déplacer et traiter les déchets qui s’amoncellent.

Avec l’absence d’investissement et d’engagement de la municipalité, Biosfera a choisi de s’entourer d’experts internationaux pour trouver des solutions pérennes et viables économiquement et développer une économie circulaire du plastique au Cap Vert.

C’est dans cette dynamique que SCE Aménagement & Environnement et Plastic Odyssey ont rejoint le projet.

Dépasser le simple ramassage en valorisant ces déchets

Aujourd’hui, Biosfera souhaite aller plus loin et a commencé à élaborer une stratégie de lutte contre la pollution marine pour mieux connaître les déchets présents sur le territoire.

SCE est allé faire un état des lieux sur place pour caractériser les déchets présents sur l’île de Santa Luzia. Près de 250 tonnes ont été retrouvées en 2021 sur 4 km de littoral et 64% des déchets sont du plastique, majoritairement des objets de pêche.

Plastic Odyssey est intervenu après cette visite terrain pour définir quels déchets peuvent être revalorisés localement et quelle solution est la plus adaptée.

2 types de valorisation sont possibles :

  • Le recyclage mécanique qui transforme la matière plastique en un nouvel objet. Il permet de créer du mobilier urbain, des poubelles, des matériaux de construction qui peuvent se substituer au bois ou à l’acier.
  • Le recyclage via la pyrolyse qui permet de transformer le plastique en carburant
tom bebien

Le développement d’un projet en 4 étapes

Nous avons donc développé un projet avec Biosfera et SCE avec un phasage à court et moyen terme, centré sur le gisement des déchets produits par São Vicente et échoués sur Santa Luzia et pouvant s’ouvrir sur d’autres îles du Cap Vert.

Ce projet est construit en 4 étapes, sur 18 mois :

1. Mise en oeuvre d’un pilote

Les déchets de l’île de Santa Luzia étant très difficiles à collecter d’un point de vue logistique, le choix a été fait de revaloriser dans un premier temps les déchets plastiques de l’île de Sao Vicente.

Ces premiers plastiques revalorisés viendront des ménages, hôtels, restaurants, supermarchés, embouteilleurs et pêcheurs et la collecte sera assurée par la municipalité.

L’objectif est de mettre en place un centre pilote de tri et de recyclage qui soit en mesure de fabriquer des produits semi finis et finis et de produire des matières premières recyclées. Le broyeur permettra d’avoir une matière exploitable et l’extrusion permettra de réaliser des profilés qui serviront à faire du mobilier.

Nous souhaitons évoluer vers une caractérisation de plus en plus précise qui nous permettrait d’avoir une matière de bon grade très exploitable à la fin et d’envisager un export de cette matière sous forme de granulés.

2. Mise en place d’un showroom pour démontrer le potentiel d’une chaîne de valeur

Pour démontrer le potentiel d’une chaîne de valeur 100% locale de fabrication de produits, nous présenterons les objets construits à partir des déchets plastiques dans un showroom,qui montrera aux habitants l’ensemble des possibilités et le potentiel économique associé, et qui les encouragera au tri et au recyclage des déchets plastiques de l’île.

3. Campagnes de ramassage sur l’île de Santa luzia pour récupérer le gisement de déchets

Une fois le potentiel du projet démontré, nous souhaitons mobiliser une variété de partenaires et les autorités portuaires pour collecter les déchets de Santa Luzia et mécaniser le dispositif.

4. Aboutir à un modèle économique et assurer la pérennisation du dispositif

Cette expérimentation servira à définir un modèle économique mixte et viable de construction d’objets durables à partir de déchets plastiques pour le marché local et d’exportation de matières premières recyclées.

Ce projet mené dans un contexte insulaire permettra de répliquer le dispositif aux autres îles du monde lourdement impactées par la pollution plastique.

Nos derniers articles